Fibr'ethik - L'artisanat pour reprendre confiance en soi

Saint Pierre d’Albigny, un village paisible dans les Alpes Françaises

 

« Tu viens de la Haute-Savoie ? Ces gens-là se prennent pour des Suisses. Ici au moins, tu es dans la vraie Savoie ». La rivalité entre les deux départements français se fait sentir parmi les artisans du petit village de Saint Pierre d’Albigny, non loin de la route vers l’Italie.

Bâti au pied de la montagne, au carrefour de plusieurs vallées alpines, elle attire de nombreux randonneurs, qui viennent visiter ses vignobles et son château médiéval. Jadis région stratégique, parsemée de châteaux et de forteresses, Saint Pierre d’Albigny est désormais devenue une destination touristique.

Fibr’Ethik, l’artisanat pour regagner confiance en soi

C’est dans cette région qu’a été créé Fibr’Ethik, une initiative née de la volonté d'élus et d'habitants d'une partie de la Combe de Savoie.

Cet atelier-chantier d’insertion est consacré à aider des personnes éloignées de l’emploi et en situation de difficulté, (chômage de longue durée, maladie, exclusion sociale) à reprendre confiance en leur capacités, en reprenant un rythme de vie avant de réintégrer le marché du travail.

Les employés de Fibr’Ethik viennent de la région, et sont recommandés à l’entreprise par Pôle Emploi, agence gouvernementale dédiée à assister les demandeurs d’emploi. En général, ces personnes sont demandeuses d'emploi de longue durée, travailleurs handicapés, personnes sans formation ou en reclassement professionnel.

Fibr’Ethik se décline en plusieurs activités : d’un côté, il y a le travail de maçonnerie et de rénovation d’espaces verts dans le groupe « Terre de valeur », créé en 2010. Cette initiative emploie une cinquantaine de personnes.

Puis, il y a l’atelier Fibr’Ethik, créé en 2014, où des bâches promotionnelles usagées sont récupérées et transformées en sacs, éco-maroquineries et accessoires. Elle emploie une trentaine de personnes.

Ce deuxième atelier reçoit principalement un public féminin, et les demi-journées de travail sont organisées de façon que les mères puissent avoir le temps de laisser leurs enfants à l’école puis de passer les chercher.

Pour aider les artisanes de l’atelier Fibr’Ethik, celles-ci sont encadrées par des professionnels, qui leurs offrent une formation dans le savoir-faire et leur offre un cadre de travail. Elles reçoivent également un accompagnement professionnel, des formations, et des entretiens réguliers avec la chargée d’insertion. Tout leur travail est payé dans un contrat de 26 heures par semaine, et elles bénéficient d’une mutuelle.

Les personnes embauchées par Fibr’Ethik travaillent dans le cadre d’un Contrat à Durée Déterminée de 4 mois minimum à deux ans maximum (10 mois en moyenne). A la sortie, le taux de réussite est de 70% avec une insertion dans une formation qualifiante ou dans un emploi direct.

Si l’artisanat à Fibr’Ethik est vu comme un moyen de reprendre confiance en soi, on n’attend pas que les employés deviennent artisans au terme de leur période à Fibr’Ethik. En effet, même s’ils sont libres de faire ce choix, le secteur artisanal n’est pas réputé pour être stable ou embaucheur. Dans cette organisation, l’artisanat est surtout conçu comme une façon pour ces personnes de reprendre confiance en leurs propres capacités créatives.

-Manuel-Antonio Monteagudo

artisans du monde.png
logo TARA mieux.png
fvr_logo_rgb.png
logo resacoop.jpg

Le contenu de ce site relève de la seule responsabilité d’ODDATARA et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union Européenne.

Pour toute question, nous contacter sur: oddatara@gmail.com

© Webmaster Natacha Cailler. Vidéos, Articles, Photos et Webdoc de Manuel-Antonio Monteagudo